La réussite professionnelle ? Les personnes qui ont très peu de chances de réussir

L’importance de l’intelligence émotionnelle, c’est à dire la façon de réagir dans les situations et l’adaptation face aux problèmes rencontrés, n’est plus à démontrer.

L’expérience et la connaissance ne sont désormais plus les seules clés qui mènent au succès. Une étude a montré que les personnes aux compétences émotionnelles fortes ont aussi un salaire plus élevé parce que ces mêmes compétences ont augmenté là où les compétences intellectuelles ou techniques n’ont cessé de rester au même niveau. Les besoins en personnes à l’aise émotionnellement grandit sans cesse.

Les compétences relationnelles et la conscience de soi sont en lien étroit avec l’intelligence émotionnelle. Le rendement au travail est nettement moins élevé quand on a un déficit en intelligence émotionnelle.

Connaître autrui n’est que science, se connaître soi-même, c’est la vraie intelligence

Nous connaissons tous des personnes qui parlent à tort et à travers sans jamais avancer dans leur travail, qui connaissent tout mieux que les autres, font effectuer leur boulot par les autres ou vous volent vos idées.

Certaines personnes hyper compétentes sont néanmoins incapables de la moindre empathie. Elles stagnent professionnellement et en veulent aux autres pourtant moins intelligents qu’elles.

Il n’y a jamais d’échec, il n’y a que des expériences

L’arrogant

C’est presque toujours un manque de confiance en soi, pourtant il est horripilant. Il se sent mieux que tout le monde et le fait savoir à tout moment. Il essaie surtout de vous démontrer combien il est plus important que vous. En général, une personne arrogante ne s’intègre pas bien dans un milieu professionnel car elle est désagréable avec tout le monde et ne sait pas travailler en team.

Celui qui n’a jamais de chance

Il a tous les malheurs du monde. Rien n’est jamais de sa faute. Selon lui, ses collègues ont reçu toutes les opportunités pour évoluer au sein de l’entreprise, mais pas lui. Son état d’esprit est pourtant le seul responsable de ses échecs à répétition.

La personne négative

Quoiqu’il arrive, quoique vous fassiez, cette personne aura toujours une critique. Si vous êtes dans une journée un peu plus difficile, vous pourriez vous laisser influencer par ses mauvaises ondes. Cet employé décrochera rarement une promotion, son comportement étant souvent un cauchemar pour les employeurs.

La personne qui n’assume rien

Dès qu’il y a une erreur, une chose à expliquer, cette personne se disculpe immédiatement et essaie d’accuser ses collègues. Elle essaie souvent de s’entourer de personnalités plus faibles et évite en général la confrontation. Elle apparaît comme un peu fouine, son manque de confiance se voyant en général à l’extérieur.

Le parleur

C’est celui qui ne se tait pas, il a toujours quelque chose à dire surtout quand ce n’est pas intéressant et sans lien avec le travail. Il déconcentre tout le monde, peu conscient de son problème. Les employeurs savent qu’il parle tellement qu’il pourrait dévoiler des secrets  d’entreprise sans le vouloir.

Le timide

A l’inverse du parleur, le timide donne toujours l’impression d’être mal à l’aise et s’excuse tout le temps. Le malaise est récurrent, il participe peu à la vie de l’entreprise. Il est souvent invisible aux yeux de ses collègues. Il aura beaucoup de mal à évoluer dans des fonctions commerciales.

Le pervers dragueur

Il regarde ses collègues avec intérêt et n’hésite pas à faire quelques réflexions déplacées ou sexistes. A cause de son attitude, une évolution professionnelle est peu probable.

L’impulsif

Voilà bien une personne qui ne maîtrise pas ses émotions. Elle parle de manière revancharde et agressive. Elle pense que tout le monde lui en veut. Du coup, ses émotions extrêmes l’empêchent d’aller de l’avant et d’évoluer vers des fonctions plus intéressantes.

Le paresseux

Il est tellement lent qu’il devrait faire des heures supplémentaires pour arriver à ne même pas faire ce que ses collègues réalisent en moins de temps. Il se plaint pourtant sans cesse de faire plus de travail que les autres. Il est souvent en pause et quand vous passez près de lui, il change l’écran de son ordinateur qui était sur les réseaux sociaux.

Celui qui sait tout mieux que vous

Cette personne vous explique comment faire mieux votre travail si elle était à votre place. Elle n’a d’ailleurs aucun mal à expliquer à son supérieur hiérarchique comment améliorer l’organisation de sa structure. Dès que vous ouvrez la bouche, elle a une objection et propose le même scénario amélioré. En général les solutions proposées ont déjà été analysées et rejetées par les responsables, mais rien n’y fait.

Celui qui doute

Cet employé n’ose rien faire sans que cela soit cautionné par téléphone, de visu et par mail. Il n’avance qu’à reculons, paralysé par la peur de commettre une erreur.  Il ne se prononce jamais sur un dossier avant d’avoir l’avis de plusieurs personnes et préfère de loin les tâches répétitives aux nouveaux projets. Il est partisan de la devise « On a toujours travaillé comme ca, alors pourquoi changer? ».

En résumé :
Prenez le temps de faire un peu d’introspection, écoutez ce que vous disent vos collègues et apprenez à explorer de nouvelles facettes de votre personnalité pour évoluer de manière positive et être bien avec vous-même.