Bagdad Café et ses environs à Newberry Springs

Qui dans les plus de 40 ans (oui je sais, je suis très loin de cet âge) n’a jamais été subjugué par la voix envoûtante de Jevetta Steele interprétant l’inoubliable Calling You ? Qui ne se souvient pas du Film Bagdad Café ?

C’est l’histoire d’une touriste allemande en vacances aux États-Unis abandonnée par son mari en plein milieu du désert de Mojave. Elle trouve refuge au Bagdad Café, un motel complètement délabré. 

Ce film n’a eu du succès qu’en France et quelques pays limitrophes. Inconnu au bataillon aux Etats-Unis. Par contre, le café en question existe bel et bien, au bord de la désertique Route 66 comme dans la bande originale du film. Pas vraiment à Bagdad mais à Newberry Springs. Au départ le bar s’appelait Sidewinder Café mais depuis le film, il en a gardé le nom.

Les lieux sont exactement comme dans le film, presque même pire. L’endroit est toujours délabré, un peu sordide, isolé du reste du monde.

A l’intérieur, partout des cartes postales vieillies, des autocollants, des rappels de la France collés sur les murs de l’ancien restaurant. C’est un peu comme pour se persuader qu’il y a bien un ailleurs, loin très loin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ici le mot cliché prend tout son sens. Une chaleur étouffante, deux chiens couchés sur le pas de la porte, une tenancière de bar qui a connu des jours meilleurs, un cuisinier au débardeur qui avait du être blanc (ou pas!) il y a un siècle.

William, Bill pour les amis, nous a raconté sa vie difficile à Newberry Springs. Une histoire comme on en rencontre dans les mauvais polars. Sa fille est en prison (je n’ai jamais su pourquoi), le reste de sa famille a été tuée par un type condamné à 20 ans de détention pour 4 meurtres.  Bill trouvait cela trop peu et rêvait de se venger.  Il travaillait quelques heures au Bagdad Café en échange du couvert offert par la gérante et vivait dans une caravane un peu plus loin.

Outre le fossé qui nous séparait, je trouvais ces gens attendrissants. Je me suis demandée de quoi ils allaient vivre quand tout le monde aurait oublié le Film Bagdad Café. Il n’y a aucune perspective, sauf cette chaleur qui rend fou et cet attachement exclusif à une terre où rien ne pousse mais qui les fait pourtant survivre.

D’ailleurs à quelques miles à peine, vous trouverez la ville de Hinkley à l’origine du Film Erin Brokovich relatant le déversement de matières toxiques cancérigènes dans le sol et la contamination des eaux de la ville par le chrome. Cette ville est en train de devenir une ville fantôme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour être tout à fait honnête, exceptées de longues routes solitaires et des rails de train (allez savoir pourquoi j’aime les trains, j’ai du être une vache dans une vie précédente), tout est désert. N’allez pas voir Bagdad Café si c’est votre seule raison de visite, mais ne ratez pas cet endroit si vous ne faites que passer, à la recherche de cette étrange Amérique, et saluez donc Bill de ma part.