Les gens qui détestent les animaux sont-ils fiables ?

Les personnes qui font du mal aux animaux font ressortir chez moi une sorte d’instinct primitif.

Me voilà soudain transformée en monstre du film Saw, brandissant avec un regard fou une scie, un marteau, un tesson de bouteille tranchant, n’importe quelle arme du moment que je puisse avoir ma revanche.

N’exagérons rien, je suis pourtant bien loin du stéréotype de l’activiste extrême mais certaines choses m’interpelleront toujours.

Entendre les filles du clan Kardashian, assises dans leur canapé dire qu’elles sont tellement concernées par la condition animale tout en étant vêtues de leur vison et renard gris préféré en fait partie. Voir un chien attaché à une chaîne par moins trois degrés celcius aussi.

Comment ne pas avoir le coeur déchiré à la vue de la souffrance des petites bêtes à poil tellement attendrissantes et sans défense ?

Je me suis renseignée chez un psychologue sur les raisons fondamentales qui font que certaines personnes détestent tant les animaux. De manière tout à fait instinctive, les animaux semblent être en attente de contact avec nous les humains.  Ils cherchent à se regrouper pour être plus forts et se rassurer. Ce contact nous renvoie à notre propre corps, ce qui par association scientifique, nous dévoile que ceux qui n’aiment pas les animaux ont un problème avec leur propre corps. L’intimité devenant souvent pour ces personnes une source de peur et d’angoisse.

Il ne faut cependant pas faire l’amalgame entre ceux qui n’aiment pas les animaux mais ne leur feraient aucun mal et ceux qui les détestent au point de les faire souffrir par plaisir.

Je n’invente rien en affirmant que la cruauté animale est un facteur prédictif avéré de violence envers ses pairs ensuite.

Une étude américaine réalisée auprès d’une centaine de multirécidivistes montre que plus de 44 % d’entre eux ont d’abord été des tueurs et tortureurs d’animaux. Parmi eux, près de 50 % lorsqu’ils étaient adolescents.

Une seconde étude faite sur 250 prisonniers incarcérés, nous informe que 85 % avouent avoir frappé des animaux sans se sentir le moins du monde coupable, 40 % leur avoir donné des coups de pieds, 37 % affirment avoir tiré sur eux avec une arme … et ainsi de suite.

Il est clair qu’il existe un lien fort entre ce comportement déviant et antisocial et la violence ensuite envers les hommes.  Si la cruauté animale est définie comme étant socialement inadmissible, il existe encore peu de condamnations fermes, ce que je déplore. A mes yeux, il devrait exister un fichage systématique des actes de cruauté animale permettant de surveiller la montée en puissance des futurs délinquants et peut-être d’en limiter les désastres.

Je me souviens avoir vu un reportage il y a quelques années sur JoeyStarr. Tout à coup, sans raison apparente (si ce n’est sans doute sa violence innée et ses multiples addictions aux drogues et à l’alcool), il a frappé violemment un pauvre singe (son animal domestique pour la plus grande détresse de celui-ci) enfermé dans une minuscule cage. Je me souviens de ma haine qui, autant d’années après, est toujours vivace. Et d’ailleurs Didier Morville de son vrai nom, n’a-t-il pas eu des problèmes récurrents de violence prouvant ainsi la réalité des idées ci-dessus ?

Et vous ? Quel est votre avis sur les gens qui détestent les animaux ?

Text & pictures © Morgan Mc Kenzie