Le thylacine … disparu depuis 1936.

Thylacine : kesako ?

Le thylacine, plus communément appelé tigre de Tasmanie ou loup de Tasmanie, est considéré comme éteint depuis 1936 (le dernier individu est mort au Zoo de Hobart en Australie, le 7 septembre 1936). Des zoologistes britaniques prétendent pourtant que des témoins auraient aperçu le célèbre animal en 2011.

Ce n’est pas la première fois qu’une espèce prétendument disparue est ensuite identifée comme le fut un bovidé du nom de saola ayant fait sa réapparition depuis une quinzaine d’années en Asie.

Cela signifie-t-il que le tigre de Tasmanie pourrait lui aussi « revenir d’entre les morts » ? Se pourrait-il que l’extinction du thylacine ne soit pas définitive ?

capture-decran-2017-01-31-a-14-06-04

Selon les zoologistes anglais, des témoins qualifiés de fiables auraient vu l’animal. Toujours selon ces mêmes zoologistes, des excréments pouvant appartenir au thylacine auraient été découverts dans les mêmes régions de Tasmanie. Des laboratoires indépendants en ont analysé l’ADN. Richard Freeman, directeur du Centre for Fortean Zoology, n’avait absolument aucun doute sur la présence de cette espèce dans les zones reculées de la Tasmanie. D’après lui, ces régions étaient si isolées qu’il est probable que le thylacine s’y cachait.

img_1107
Thylacine au Musée des Sciences Naturelles de Bruxelles

Parmi les témoins, un garde forestier qui avait aperçu le tigre de Tasmanie en 2011 précisait que l’animal qu’il avait vu était facilement reconnaissable grâce à ses rayures sur l’arrière de son corps et à sa longue queue raide et qu’il avançait prudemment. Cet homme n’était pas le seul à avoir visionné l’animal : un officiel du gouvernement et de nombreux habitants avaient repéré le même individu au cours des dernières années. Des appâts et caméras dissimulés dans la zone n’ont donné aucun résultat. Aujourd’hui cinq années plus tard toujours aucune trace du thylacine, ce qui me donne à penser qu’il a malheureusement définitivement disparu. Les tests ADN n’ont pas été concluants non plus.

capture-decran-2017-02-01-a-10-22-30
Le Diable de Tasmanie

Les scientifiques ont fini par admettre qu’aucune empreinte de pas, ni de carcasse de tigre de Tasmanie, n’a jamais été retrouvée nulle part. Ils attribuent cette absence de traces au sol rocailleux de la région ne permettant pas de voir les marques. Toujours selon leurs théories, l’absence de squelette s’expliquerait par la présence des diables de Tasmanie (dont la population a elle aussi dramatiquement chuté) qui dévorent les corps des animaux lorsqu’ils les découvrent. Cette hypothèse me semble assez invraisemblable, les thylacines étant trop volumineux pour les diables de Tasmanie.Même si régulièrement des chercheurs tentent de prouver l’existence du tigre de Tasmanie, le gouvernement tasmanien a toujours estimé qu’il n’existait aucune preuve que l’espèce ait survécu.

Peu de gens le savent mais le thylacine est en réalité un marsupial. Son destin fut bien triste.  Ce carnivore de la taille d’un loup porte fièrement ses rayures sur l’arrière de son corps. capture-decran-2017-01-31-a-14-03-50Il a été de tout temps chassé, empoisonné et abattu par l’homme. Il fut la première victime de l’introduction du dingo, ce qui a provoqué une rapide perte de son habitat en Tasmanie. Les habitants craignaient à tort que le thylacine ne s’en prenne aux troupeaux de moutons. Il fut aussi chassé avec énergie puisque des primes d’abattage étaient allouées pour sa capture. Les chiens de chasse furent élevés pour le pourchasser et les colons ont fini par avoir définitivement sa peau. Le dernier tigre de Tasmanie sauvage a été abattu par un fermier en 1930. Le seul thylacine vivant encore en captivité, capturé en 1933, est décédé le 7 septembre 1936. C’est quelques mois seulement après le décès du thylacine que le gouvernement tasmanien a présenté (sans aucun succès vu le résultat final) son projet officiel de protection de l’espèce. capture-decran-2017-01-30-a-21-41-37Le thylacine a été déclaré officiellement éteint en 1982 par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et en 1986 par la Tasmanie.

La seule chance de revoir un jour ce magnifique animal serait le clonage puisque de l’ADN de thylacine a pu être récolté. Outre un problème de conscience, faut-il faire revivre ce que l’homme prendra à nouveau plaisir à détruire ensuite ? Tant que l’homme n’aura pas compris qu’il doit respecter la nature et l’humanité, il ne sera pas capable de laisser les animaux vivre en paix.

Voici une petite video en anglais qui retrace 5 faits étranges sur le thylacine.