J’ai pu visiter un lieu incroyable : le Goldfield Hôtel au Nevada, un des endroits les plus hantés des Etats-Unis

La ville : de la splendeur à l’oubli

Goldfield est une ville au Nevada devenue presque fantôme. Elle est située au sud de Tonopah (voir ma visite de l’Hôtel Mizpah réputé hanté lui aussi).

La ville de Goldfield est née (comme des centaines d’autres villes de l’ouest américain) avec la découverte de l’or en 1902. En quelques années seulement, elle est devenue la plus grande ville du Nevada grâce à l’extraction de millions de dollars de minerai. Comme tous les lieux dont la seule raison d’être était son industrie minière, quand le minerai s’est appauvri, la ville en a fait autant.

En 1920, l’or avait presque disparu. Trois ans plus tard, un incendie dévastateur a anéanti presque 30 blocs de maisons. Aujourd’hui, Goldfield compte moins de 500 habitants. Seul son hôtel a droit à encore un peu de la célébrité d’antan.

L’hôtel Goldfield

Le tristement célèbre Goldfield Hotel possède une activité paranormale si sérieuse que le propriétaire de l’établissement a interdit à quiconque d’y pénétrer en raison de la probabilité de se blesser.

L’Hôtel Goldfield a ouvert ses portes en 1908. Le bâtiment de quatre étages en pierres et en briques disposait de 154 chambres. Considéré comme l’hôtel le plus luxueux entre Chicago et San Francisco, le succès fut immédiat.

Avec le manque de minerai, l’hôtel Goldfield commença lui aussi à décliner. Dans les années 1930, alors que la ville comptait déjà moins de 1.000 habitants, ce n’était plus qu’une maison de passe pour les cowboys et voyageurs désargentés. Durant la Seconde Guerre mondiale, l’Hôtel a accueilli le personnel de l’Armée assigné à la base aérienne de Tonopah. En 1945, la demeure ferme définitivement ses portes. La propriété est depuis inscrite sur le Registre National des lieux historiques.

Au fil des années, l’hôtel a changé de propriétaire plusieurs fois, chacun promettant de le restaurer. Etrangement, les choses ne se sont jamais passées comme elles étaient prévues. En 1985, l’immeuble a été acheté par un investisseur de San Francisco, Lester O’Shea, dont l’entreprise a fait faillite. La propriété est ensuite revenue au comté. En 2003, le comté a mis aux enchères l’ancien hôtel. Edgar Roberts, un éleveur de Carson City, était le seul soumissionnaire et a acheté celui-ci pour 360.000 $.

Roberts prévoit terminer la rénovation, estimée à plus d’un million de dollars, et de rouvrir l’hôtel au public. Le projet de restauration comprendra 40 chambres, un casino et un bar. La ville mourante attend avec impatience la réouverture qui pourrait enfin revitaliser la ville et créer de nouveaux emplois.

Aujourd’hui

Le Goldfield Hôtel ouvre seulement ses portes au public un jour par an. Cette date ne coïncide bien sûr jamais avec mon passage. J’avais toujours entendu dire que les travaux traînaient et qu’il y avait beaucoup de vandalisme.

En quittant Tonopah, j’ai pourtant absolument voulu y faire un stop et … devinez donc … il y avait des ouvriers présents qui m’ont laissée entrer.

Quelle joie pour moi de pouvoir pénétrer ces lieux prétendument hantés et de vérifier par moi-même.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les fantômes de Goldfield

Selon les témoignages, il y a plusieurs fantômes dans l’ancien hôtel, dont le plus célèbre est une femme nommée Elizabeth. Elizabeth était une prostituée, favorite de George Wingfield, propriétaire de l’hôtel, important minier, banquier et personnage politique de l’état du Nevada. Elisabeth a prétendu que l’enfant qu’elle portait était de Wingfield. Il aurait attirée la jeune femme dans la chambre 109 et enchaînée à un radiateur durant de nombreuses semaines. L’histoire n’est pas très claire à ce stade. Certains disent qu’Elizabeth est morte en couches, d’autres prétendent que Wingfield l’a assassinée juste après la naissance de l’enfant. La seule chose dont on est certain, c’est que le bébé a été jeté dans un vieux puits minier.

De nombreux visiteurs disent avoir aperçu Elizabeth errer dans l’hôtel. On la voit particulièrement dans la chambre 109. Les pleurs d’un bébé transpercent aussi le palace pourtant vide.

Les autres manifestations à l’hôtel Goldfield sont celles deux personnes qui se sont suicidées au troisième étage, d’un trio d’enfants fantomatiques et de leur compagnon nain, et d’un fantôme très menaçant connu sous le nom de The Stabber. George Winfield parcourt lui aussi les anciennes salles, laissant dans son sillage l’odeur de la fumée de cigare.

Ma visite

Les lieux sont étranges. Il y règne une ambiance extrêmement lourde, peut-être augmentée par toutes les histoires que j’ai pu entendre raconter.  Un ouvrier me fait visiter l’hôtel m’expliquant au passage tout ce qui s’y est déroulé. On peut encore apercevoir dans le lobby quelques traces du lambris acajou et du cuir noir qui le décorait.  Sous les plafonds quelques résidus de feuilles d’or et de lustres en cristal. Un pur chef d’oeuvre de luxe.

Goldfield Hotel

Je n’ai pu m’empêcher de frissonner devant le fameux radiateur ou fut attachée Elisabeth. On dit que certains visiteurs fondent en larmes, accablés par une soudaine et immense tristesse.

Mon guide m’a montré au sous sol une salle de bain romaine où les hommes se baignaient et un passage secret qui menait aux prostituées, cachant ces messieurs aux yeux de tous.

Il semblerait que des satanistes pénètrent régulièrement par effraction dans l’hôtel à la recherche de sensations fortes (euh ?). Goldfield est malheureusement victime de sa réputation paranormale.

Je reconnais qu’il n’est pas difficile de se laisser influencer par les images des spectres et d’exagérer les sensations vécues.

Certains visiteurs en quête de « faits étranges » prétendent qu’un vortex est présent dans l’hôtel et que c’est une des sept portes de l’enfer.  Il y a assurément quelques illuminés qui sont passés par là.

Je n’ai rien vécu de tel, pas d’apparitions soudaines ni de bruits incongrus ou de conversations étranges. Juste une malsaine perception de ne pas être seule.

Ghost Adventures à Goldfield

En 2007, Zak Bagans, Nick Groff et Aaron Goodwin ont produit un documentaire intitulé Ghost Adventures. Le film présente le trio enquêtant sur l’hôtel Goldfield. On y voit une brique traverser la pièce de manière horizontale comme si elle avait été lancée par une personne invisible. Cette première enquête a rendu le trio célèbre. Ghost Adventures en est maintenant à sa neuvième saison. Ils sont retournés à l’hôtel deux fois, Zak Bagans prétendant que Goldfield détient la clé des réponses sur l’au-delà.

Alors ? Folklore ou réalité ?