Les Indiens d’Amérique : un triste sort pour ces peuplades d’exception

J’ai toujours été sous le charme des amérindiens et de leur culture ancestrale. A chacune de mes visites dans l’ouest américain, j’essaie de les rencontrer et de discuter de leurs coutumes.
C’est loin d’être évident de trouver des Sioux, Navajos, Yavapais, d’abord parce que ce ne sont pas des animaux de foire et qu’ils sont comme tous les américains, et ensuite parce qu’ils sont parfois confinés dans les réserves qui ne sont pas toujours accessibles aux « non initiés ». Les habitants n’apprécient pas forcément les curieux, le sujet de leur passé étant encore très sensible.

J’ai eu cette année l’immense privilège d’assister à un Festival Navajo en Arizona. J’y ai côtoyé des gens merveilleux et d’immenses artistes. De nombreux peintres, bijoutiers, photographes, artisans en tout genres étaient présents à cette rencontre annuelle. Outre le fait de faire connaître leur art, le but était avant tout de parler de leur culture que peu de « blancs » connaissent réellement. Je me suis empressée d’acheter pleins d’oeuvres que je trouvais belles (et qui étaient accessibles au niveau de mon budget).

C’est quoi une réserve indienne ?

Aux Etats-Unis, une réserve indienne est un territoire réservé aux tribus amérindiennes et géré par le Bureau des Affaires indiennes qui lui-même dépend du département de l’Intérieur. Il y a plus ou moins 310 réserves (ce qui pourtant ne représente pas toute la communauté indienne puisqu’il y a plus de 550 tribus au total). Les réserves indiennes ne sont que « prêtées » à leurs occupants, et restent la propriété des États selon la loi américaine. Certains espaces, partiellement vendus à des habitants non-indiens, sont sources de nombreuses difficultés administratives, politiques et juridiques, les intégrations de « non native american » ne se faisant pas toujours facilement. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Petit rappel historique :

La nation indienne a été décimée pratiquement en totalité en à peine 400 années de colonisation forcée.

Mais connaissez-vous vraiment leur origine ?

Le nom « indien » vient d’une erreur : Christophe Colomb pensait mettre le pied sur le sol de l’Inde. Mais leur histoire aurait commencé quelques 40.000 ans avant l’arrivée de Christophe Colomb. C’est à cette époque que, venant d’Asie, ils se seraient installés en Amérique. Un pont de glace reliait alors la Sibérie à l’Alaska. Tout en poursuivant des troupeaux de mammouths, des groupes de chasseurs nomades sont passés sans le savoir de l’Asie en Amérique. Au fil des millénaires, les Indiens s’installèrent partout du Nord au Sud.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui le massacre des populations amérindiennes n’est toujours pas officiellement recensé parmi les génocides cités par l’Organisation des Nations Unies.

Ces peuplades vivent pour la plupart en dessous du seuil de pauvreté. L’alcool y a fait des ravages et le taux de chômage atteint des chiffres astronomiques. J’ai même entendu que dans les réserves, il n’y avait souvent ni eau, ni électricité.

Si un jour vous avez l’occasion de voir des indiens vendant leur artisanat,  n’hésitez pas à en acheter car pour certains c’est la seule source de revenu.