Et puis un jour, ma pire expérience au nord du Mexique en 15 minutes chrono

Du sud  mexicain, je connais les longues plages de sable, les délicieux tacos, les temples Mayas et les petits mexicains.
Capture d_écran 2017-03-13 à 16.42.34Du nord, je n’avais vu que des reportages sanglants sur les gangs et la police corrompue. Pas de quoi me donner envie de visiter les lieux. Qui ne se souvient pas du film Traffic ou plus récemment Sicario ?

Je précise, sans vouloir stigmatiser la région, que certains lieux au nord du Mexique sont nettement plus connus pour leur criminalité que pour leur sens inné de l’accueil touristique.

Pourtant, j’adore les lieux insolites. Je tiens sans doute de ma mère cette passion pour les enquêtes criminelles irrésolues. L’énigme des disparues de Juarez m’a toujours intriguée. Jusqu’à ce jour, je n’ai pas eu l’occasion de me rendre dans la ville réputée la plus dangereuse du Mexique, voire du monde, faute de craindre pour ma vie.

Capture d_écran 2017-03-13 à 16.46.28Soudain ma mère insiste : « Mais puisque nous ne sommes qu’à quelques miles de la frontière mexicaine, pourquoi ne pas aller vérifier si c’est si terrible  ? ».

« Ben tiens, excellente idée maman, allons donc nous faire trucider joyeusement. Et puis, personne ne sait où on est si jamais on disparaît. On ne retrouvera jamais nos corps ».

Avant de quitter Yuma en Arizona, le conservateur de la prison nous déconseille San Luis Colorado. Oui, je sais, cela ne s’invente pas, certains ados visitent des jardins fleuris, moi je vais voir un pénitencier. Deux femmes seules, clairement peu typées, ne sont pas en sécurité selon le responsable de la prison. « Il n’y a aucune infrastructure sur place et vous ne faites vraiment pas couleur locale. Il n’y a rien à y voir, si ce n’est quelques boutiques sales. »  J’avais déjà compris que dans le genre camouflage européen on gagnerait un Oscar, mais que pour le rôle de la mère au foyer mexicaine et de son rejeton, on devra prendre quelques cours supplémentaires.

Inutile de préciser qu’on rentrait ensuite vers la Californie et que les bagages et l’argent se trouvaient dans le coffre de la voiture.

Pourtant, à la frontière mexicaine, c’est à peine si on nous remarque. Une minute suffit à aller de l’autre côté. Passé la zone US, les policiers mexicains prennent le relais. Ils ont l’air d’avoir à peine vingt ans et s’amusent à se mettre en joue avec leurs mitraillettes. L’un d’eux perd son arme qui tombe lourdement sur le sol. Cela ne semble choquer personne sauf moi !

Nous  roulons au hasard, avant de nous rendre compte qu’hormis une jolie petite église, l’endroit ne nous inspire pas trop. Mais comme je suis accompagnée de Madame La Fouine, pas question de faire demi tour maintenant qu’on y est.

Contre dix dollars pour une mission de haute sécurité, un vendeur de bracelets en tissus est chargé de garder un oeil sur la voiture

Capture d_écran 2017-03-13 à 16.31.08Je me sens un peu comme Clint Eastwood entrant dans le saloon. Tous les regards, y compris celui des chiens pouilleux, (et peut-être même des mouches) sont dirigés vers nous. Dix fois on nous a demandé si nous cherchions des médicaments, avant que je comprenne enfin qu’il s’agissait en réalité de drogue.

Après un énième refus poli de notre part, un charmant individu nous traite de « filles de putes » en espagnol. La tête de ma mère. Je la voyais déjà se retourner et gifler violemment le mec en lui sommant d’être poli. Il n’allait pas hésiter à nous coller une balle dans la tempe. Nos cadavres seraient enterrés dans le désert et personne n’entendrait plus parler de nous. Je ne reverrai plus jamais ma famille, mes chiens, mes amis … Adieu vie de rêve….  Heureusement, elle me murmure avec son ton coincé : « J’ai bien compris ce que ce con a dit ? » « Oui, je le crains ». « Bon, viens on se tire d’ici. On va finir par avoir des problèmes ».  Ouf, le bons sens l’a emporté sur le caractère. Le temps d’encore acheter au prix fort un bracelet au gardien de notre véhicule et nous étions en route vers la frontière américaine.

Capture d’écran 2017-03-13 à 17.07.20.pngPenser que faire la route en sens inverse allait être rapide était notre deuxième erreur. La sécurité entre la frontière du Mexique et les Etats-Unis est incroyablement complexe et lente.

Nous avons mis près de deux heures à franchir les quelques mètres qui nous séparaient du territoire américain. Aucun centimètre de la voiture ne fut épargné. On présente d’abord son passeport à une caméra avant d’avoir le droit de rejoindre les douaniers. Pour quelle raison étions nous au Mexique ?  J’aurais volontiers répondu « Parce que ma mère voulait savoir si c’était dangereux Monsieur! » mais je ne suis pas certaine qu’ils avaient de l’humour. Pourquoi avons-nous passé si peu de temps au Mexique ?
Capture d_écran 2017-03-13 à 17.57.14Comment ont-ils fait pour savoir qu’on avait traversé peu de temps avant, ils ne nous avaient même pas regardées ? Allez donc essayer d’expliquer à un douanier suspicieux que vous n’êtes pas venues pour acheter de la drogue.

Après un interrogatoire en règle, ils ont enfin décidé de nous laisser rejoindre l’Arizona, non sans nous suivre durant quelques dizaines de miles avec leur véhicule « border patrol » reconnaissable entre mille.

Flashback  :

Au moment de notre passage, le chef de la Police des Frontières de San Luis, Francisco Vasquez Bustamante avait été abattu succombant à ses blessures touché par plusieurs balles.

Capture d’écran 2017-03-13 à 17.10.05.pngEn 2012, un autre chef municipal de la police, Luis Rodriguez Soqui, avait été tué, l’enquête ayant conclu à une attaque dirigée par un cartel de drogue.  José Antonio Pineda, chef de la Police préventive, lui aussi avait été exécuté, ainsi que Jésus Zamora ayant travaillé précédemment comme bras droit du chef de la police.

Autant cette petite ville frontalière avait été épargnée par les règlements de compte jusque là, autant elle devenait maintenant la scène de violences liées aux cartels de drogue.

Quelques années plus tôt, le journaliste Benjamin Flores Gonzalez avait écrit un reportage sur les narco trafiquants avant d’être lui aussi froidement abattu à San Luis Colorado. Le journaliste accusait certains membres de la Police de complicité dans le vol de plus d’une demie tonne de cocaine.

Plus tard dans l’année, Jésus Bueno Leon, éditeur d’un journal a aussi été retrouvé mort de blessures par balle. Il était l’un des sept journalistes accusés de diffamation criminelle par un puissant ancien fonctionnaire de l’Etat qu’ils avaient lié au meurtre d’un éminent avocat.

En conclusion, le Mexique c’est la fiesta, les cocktails et les plages à perte de vue, mais ce sont malheureusement aussi les vies brisées par les cartels de drogue et la pauvreté.